Elections dans les très petites entreprises, les militants engagés coûte que coûte

Publié le 11/01/2017 à 10H42
Dans les derniers jours de la campagne qui appelle à voter les 4,7 millions de salariés des très petites entreprises, les assistantes maternelles et salariés à domicile, la mobilisation ne faiblit pas. Jeudi dernier, à Roissy, les militants CFDT, Marie-Andrée Seguin, secrétaire nationale chargée des TPE, et Joana Laguet, candidate en Île-de-France, sont allés à la rencontre de ces salariés pour les informer et leur rappeler de participer aux élections TPE.

Je veux faire connaître nos réalités de travail(Joana, candidate TPE)

 

Depuis le 30 décembre les salariés des TPE, peuvent voter pour leurs représentants, mais peu sont au courant de ces élections, constate Edouard Roméro, délégué régional à la CFDT Île-de-France.”
“Depuis les dernières élections en 2012, des opérations de sensibilisation sont régulièrement menées pour apporter de l’information aux salariés de ces petites entreprises. Ils ne sont donc pas surpris lorsque nous revenons les voir pour leur rappeler de voter aux élections TPE, les sensibiliser à nos actions, mais surtout les inciter à voter pour la CFDT. A travers ces rencontre, nous avons su leur montrer que la CFDT est présente tout le temps pour défendre les droits des salariés, pas seulement quand il faut voter, et la plupart du temps nous sommes très bien accueillis.”

TPE_RoissyCe matin, les militants se sont donné rendez-vous à Roissy. Parmi eux, Joana Laguet. Elle a rejoint la CFDT il y a 2 ans sur les conseils d’un ami. Elle s’est rapidement prise au jeu en devenant conseillère du salarié, mais regrette de ne pouvoir exercer pleinement cet engagement faute de temps dédié. En effet, son statut de salarié de très petite entreprise ne lui permet pas de s’absenter sans l’accord de son employeur. Elle n’hésite cependant pas à se rendre disponible sur ses heures personnelles pour renseigner les salariés qui ont besoin de conseils. “J'espère qu'une loi passera pour nous permettre, à nous salariés d’entreprises de moins de 11, de pouvoir exercer notre mandat sans la contrainte de l'employeur” nous confie-t-elle.
Dans son entreprise où travaillent huit personnes, elle veille à ce que les droits des salariés soient respectés, et renseigne à l’occasion ses collègues qui l’interrogent sur des questions spécifiques. Alors quand on lui a proposé d’être candidate aux élections TPE, ce fut, en quelque sorte, une évidence. “Je veux défendre les droits des salariés des très petites entreprises et faire connaître nos réalités de travail. Nous voulons être entendus et respectés. Il faut aussi aller voter pour que se développe le dialogue social dans ces entreprises. Je compte bien partager cette conviction à tout mon réseau, et au-delà ! 

Elle tient à s’investir, pour elle, pour tous les autres, et l’opération de ce matin est pour elle une belle occasion de rentrer en contact avec ces salariés qu’elle représentera si elle est élue dans la future commission (CPRI). Pour cette première opération de sensibilisation, elle a quelques appréhensions, mais après une première phase d’observation elle noue facilement le dialogue avec les salariés.
Librairies, restaurants, pharmacies, épiceries, le binôme entre dans tous les petits commerces du centre-ville. Joana se présente, présente la CFDT et insiste sur l’importance de voter à ces élections. “Dans mon entreprise, personne n’avait reçu le matériel de vote. J’en ai parlé avec mes collègues, j’ai essayé de leur faire comprendre que c’était important, surtout dans un contexte professionnel où la proximité avec l’employeur est souvent peu propice aux revendications. Mais peu se sentent concernés…  Petite victoire malgré tout elle a réussi à convaincre deux de ses collègues de faire la démarche pour réclamer leur inscription sur les listes. “Deux de plus qui pourront voter, voter pour la CFDT, lance-t-elle en souriant.  

TPE_Aeroville

Pendant ce temps une autre partie de l’équipe était au centre commercial d’Aéroville, eux aussi sont allés à la rencontre des salariés. L’espace est grand, immense, cependant, les très petites entreprises y sont nombreuses. La fréquentation est plus importante, les militants n’ont donc que quelques minutes pour expliquer aux salariés l’enjeu de ces élections, l’importance d’y participer et leur remettre les documents qui leur donneront plus d’informations. “L’objectif de cette campagne est de sensibiliser les salariés de ces TPE, sur le vote mais aussi sur leurs droits. Ils se retrouvent parfois seuls dans des situations professionnelles et personnelles complexes, face auxquelles ils manquent souvent d’information, notamment sur le droit du travail, insiste Edouard.

À la fin de l’action, les militants auront tout de même rencontré cinq cents personnes ce matin-là. Une goutte d’eau sur les 4,7 millions de salariés de très petites entreprises, d’assistantes maternelles ou de salariés à domicile concernés par ce scrutin ? Peut-être, mais ce qui importe pour la CFDT c’est de leur montrer qu’ils ne sont pas seuls, que les militants se battent chaque jour pour défendre leurs droits et que nos candidats, comme eux salariés de TPE, agiront pour eux dans les commissions qui seront mises en place dès le mois de juillet.