Des clubs TPE pour prévenir les risques professionnels

Publié le 26/03/2015 à 11H15
Des clubs TPE pour prévenir les risques professionnels ? Une idée mise en œuvre par la commission paritaire interprofessionnelle de l’artisanat (CPRIA) de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, où siège la CFDT.

Face au manque de mobilisation des TPE sur les questions relatives à la santé et la sécurité, les clubs TPE s’inscrivent dans le périmètre d’une expérimentation sur ces thèmes. Ces derniers ont plusieurs missions, en particulier la formation.

Former les enseignants des centres de formation d’apprentis (CFA)

L’apprentissage représente près de 20 % de la masse salariale dans les entreprises de moins de 11 salariés en métropole. La région Paca, quant à elle, compte 80 % de TPE sur son territoire.

Maxime, adhérent CFDT, enseigne la technologie et la pratique aux apprentis des métiers de la coiffure dans un CFA à La Saint-Maximin. Il a suivi la formation sur la prévention des risques professionnels :

« Il y a trois types de risques professionnels dans ce secteur : les risques chimiques, avec les allergies cutanées et/ou respiratoires, les glissades et chutes (derrière le bac) et, enfin, les troubles musculo-squelettiques (TMS) liés aux postures.
La formation que j’ai suivie s’appuie sur le document unique*. Aujourd’hui, on recommande aux élèves la posture assise. Pour les sensibiliser à ces thématiques, j’utilise une méthode que j’appelle les « cours partagés » qui se nourrit de leurs retours d’expérience, puis j’entre dans le vif du sujet. Nous sommes dans un milieu rural, donc il n’y a pas de grandes entreprises. Les problèmes sont souvent similaires… C’est pourquoi j’insiste sur la préservation du dos. Les élèves commencent l’apprentissage en juillet et, après trois mois d’activité professionnelle, ils arrivent en septembre avec des douleurs de dos. Je leur recommande d’adopter des attitudes confortables et une pratique sportive ! »

Lire notre article : Coiffure, prévenir les risques pour la santé

* Document unique : transposition par écrit de l’évaluation des risques, imposée à tout employeur par le code du travail.

Photo © Frederic MAIGROT // REA