Catherine, cadre, est redevenue sereine grâce à une aide juridique

Publié le 03/09/2013 à 11H13
« Je travaillais dans une association où le temps de travail et le temps militant se confondaient. Les termes de mon contrat ne correspondaient plus à mon activité effective. Il est difficile d’engager une discussion avec son employeur, dans une structure qui est similaire à la famille. La parole du collectif permet de se sentir soutenue. J’ai d’abord reçue une grande écoute de la part de la CFDT, puis une aide juridique sur des points techniques qui m’a donné les moyens de redevenir sereine. »