Anne Dufour, présidente du Conseil des prud’hommes de Paris

Publié le 20/06/2013 à 16H50 (mis à jour le 03/09/2013 à 16H51)
Le 6 juin 2013, la CFDT a réuni  pour la première fois 400 conseillers prud’hommes. Une journée riche en retours d’expériences… Ce fut l’occasion de poser quelques questions à Anne Dufour, présidente du Conseil des prud’hommes de Paris.

Qu’est-ce que t’a apporté la fonction d’élue prud’homme ?

Dufour Anne : au-delà de la dimension technique, j’ai beaucoup appris sur le monde de l’entreprise. Mon histoire syndicale m’a surtout enseigné l’humilité et m’a permis de relativiser. Je suis présidente du Conseil des prud’hommes de Paris depuis le début d’année. C’est un très gros conseil qui gère 10% des contentieux français en droit du travail. Les conseils prud’hommes sont compétents pour régler les litiges entre les salariés et les employeurs.

As-tu constaté une recrudescence des litiges concernant les salariés des TPE / PE face à la crise ?

A. D. : la plus grande partie de notre activité concerne les salariés des TPE, globalement plus démunis. Certains secteurs comme le commerce, sont particulièrement exposés, le principal motif évoqué reste le licenciement. Les salariés en poste n’osent pas prendre les devants car ils ont peur… jusqu’à travailler douze à quatorze heures par jour en étant payés trente-cinq heures ! Dans ces cas-là, il faut amasser les preuves tant qu’on est dans l’entreprise, car il est très difficile de prouver les horaires effectués. On commence à peine à parler de harcèlement sexuel envers les femmes ! Les victimes isolées ne peuvent pas s’en sortir seules, il faut leur venir en aide !

Quels conseils donnerais-tu à un salarié d’une TPE / PE ?

A. D. : je lui recommanderais de ne pas se présenter seul à un conseil des prud’hommes. Le conseiller prud’homme n’est pas un conseiller, il juge ! L’origine de l’intitulé vient du moyen-âge. Le salarié a tout intérêt à préparer son dossier « en amont » et par conséquent, à se rapprocher d’un syndicat pour s’informer… La bienveillance n’est pas suffisante, il est primordial de s’approprier les règles pour être préparé le cas échéant.