Les salariés des petites entreprises et TPE sous les feux de la rampe

Publié le 10/10/2014 à 17H34
Le pari a été tenu : du 29 septembre au 4 octobre, dans tout l’Hexagone, les équipes CFDT se sont déplacées pour vous rencontrer. L’un des objectifs était de vous informer sur des droits que la plupart ignorent.

Pour les équipes CFDT, s’adresser aux salariés des petites entreprises se révèle être délicat. Rues commerçantes, centres-villes, centres d’apprentissage, sont les principales cibles en vue d’engager un échange avec vous, et surtout répondre à vos questions.

Le dialogue social n’a pas toujours bonne presse

Il arrive qu’un patron refuse la présence dans sa boutique d’une chasuble orange, tandis que le 9 octobre la négociation sur le dialogue social et la représentativité des salariés dans les entreprises a démarré.

Sur cette question, la CFDT est claire : « Le dialogue social est une plus-value et un levier de compétitivité des entreprises, et non un mal nécessaire. » C’est donc en chef de file que, le 30 septembre dernier, Laurent Berger est venu donner en main propre le Guide des salariés des petites entreprises aux employés de la rue Montorgueil à Paris.

 

A cette occasion, Alexandre (le prénom a été changé) 29 ans, vendeur, a bien voulu répondre à nos questions :

Vous aviez déjà rencontré la CFDT au moment de l’élection TPE. Pourquoi avoir voté pour cette organisation ?

Il me semble que c’est un syndicat plus réformiste et force de proposition par rapport à la CGT ou à FO, qui sont plus contestataires et moins adaptés au monde d’aujourd’hui. La CFDT est préoccupée par les salariés et garde la volonté de négocier avec les employeurs. Un peu comme en Allemagne, où la négociation est une valeur très forte. Nous, les jeunes, nous sommes très inquiets pour l’avenir, notamment sur la question des retraites. On travaille sans avoir la moindre certitude à ce sujet…

Quelles sont vos premières préoccupations ?

Etre informé sur nos droits, sur la réglementation en vigueur. Par exemple, dans le magasin, nous sommes deux salariés et nous avons beaucoup de discussions pour faire des propositions à notre employeur. Récemment, il nous a proposé les Chèques-Déjeuner. Nous souhaiterions aborder d’autres sujets comme les avantages sociaux, le salaire…

Surpris voire content d’avoir croisé Laurent Berger ?
Le connaissiez-vous ?

Oui, je le connaissais, avant c’était François Chérèque le secrétaire général. Il incarne une image moderne, on peut facilement parler avec lui… (sourire) Et, sinon, je me demandais… Est-ce que la CFDT forme à la négociation ?