Parité Femmes-Hommes : la CFDT s’engage

Publié le 27/02/2014 à 11H43
Les écarts de salaires entre femmes et hommes sont une réalité connue de tous, et pourtant dans bon nombre de contextes, certaines salariées préfèrent garder le silence… Qu’il s’agisse d’une très petite entreprise (TPE) ou d’une Pme, les difficultés sont souvent similaires.

En termes d’égalité salariale entre les les femmes et les hommes, la règlementation est claire : « L’employeur est tenu d’assurer pour un même travail, ou un travail de valeur égale, l’égalité de rémunération entre les hommes et les femmes : cette obligation interdit toute différenciation de salaire fondée sur le sexe. » (source : ministère du Travail)

La CFDT mène des actions pour faire appliquer la loi.

C’est le cas dans un grand Château du Médoc. Ce dernier, prospère, se trouve en Gironde et emploie quatre-vingt personnes, dont dix-neuf femmes. Dans ce microcosme, les femmes sont traditionnellement vigneronnes. Il y a cinq ans, les langues se sont déliées. Les indemnités logement des hommes et des femmes ne sont pas similaires : 240 € par mois pour les hommes et 95 € par mois pour les femmes. Quant aux avantages en nature : 89 € pour les hommes, 15 € pour les femmes…

Un des vignerons de ce Château ne supportant pas ces inégalités, devient adhérent CFDT, est nommé délégué syndical, puis élu délégué du personnel. Aujourd’hui, dans la section syndicale constituée de vingt salariés, neuf vigneronnes sont adhérentes.

Grace à l’action de la CFDT pour compenser ces inégalités, le taux horaire a été augmenté, la prime logement nivelée à 150 € par mois, et 54 € d’avantages en nature ont été octroyés à tous, quel que soit le genre.

Rompre le silence n’est pas une tâche facile, la crainte de perdre son emploi est toujours présente.

Salariée dans une TPE ou une petite entreprise, en devenant adhérent CFDT, vous bénéficiez d’un soutien moral et juridique tout en restant anonyme aux yeux de votre employeur.

Une permanence d'accueil est tenue les vendredis de 18H à 20H, à Lesparre (33340). Contact : Franck Berrouet au 06. 84. 64. 58. 30.

Pour nous rencontrer, voici les lieux d’accueil CFDT dans toute la France.


Photo © Joseph Melin