La CFDT et vous, salariés des TPE et petites entreprises

Publié le 10/04/2014 à 12H31 (mis à jour le 02/02/2016 à 14H23)
Vous êtes salarié d’une petite entreprise (moins de 50 salariés) et vous souhaitez entrer en contact avec la CFDT ? Pas toujours facile d’en comprendre l’organisation : fédérations, syndicats, unions régionales ou départementales. Un peu de pédagogie s’impose…

Se tourner vers la CFDT est de prime abord assez simple : un même nom, une même fonction ! La grande majorité des adhérents de la CFDT sont membres d’une section syndicale d’entreprise, et c’est en son sein et grâce à elle, que les relations avec l’organisation se construisent. Mais il existe des adhérents individuels, ne faisant pas partie d’une section syndicale, ou tout simplement salariés d’une TPE ou d’une petite entreprise, qui se retrouvent en relation directe avec les structures et l’organisation de la CFDT.

C’est Le syndicat qui est la structure de base de la CFDT

L’ensemble des adhérents sont regroupés dans des syndicats professionnels au niveau national, régional ou départemental… Très souvent, ces derniers sont en contact direct avec leurs adhérents, à qui ils offrent un certain nombre de services. Conseils juridiques, formation, négociations, le syndicat est force de propositions pour tous les métiers qu’ils couvrent.

Comme Axel, 20 ans et apprenti électricien qui a décidé d’adhérer à la CFDT après que les militants lui soient venus en aide, ou encore Marianne, qui a vu son indemnité maladie augmenter de 200 € par mois, après l’intervention des militants d’Auvergne, et qui a adhéré. Le syndicat vient également en soutien des représentants du personnel, comme le fait, par exemple, le syndicat de la Construction et du Bois de Bourgogne lors des négociations d’entreprises sur l’emploi et les salaires.

On dit souvent que la CFDT marche sur deux jambes : les fédérations professionnelles et les unions régionales.

Les fédérations professionnelles :

Elles  regroupent des syndicats de secteurs d’activités différents. Par exemple, pour la Fédération générale de l’agroalimentaire-CFDT regroupant 80 % de TPE, on compte les auxiliaires vétérinaires, l’artisanat alimentaire et l’agroalimentaire - entre autres -. Des métiers éclectiques dont les conventions collectives sont gérées par cette fédération.

Les fédérationsvous informent, souvent par le biais de vos syndicats professionnels, sur les avancées négociées dans votre secteur d’activité : les classifications, les grilles de salaires (négociés en régions par les militants CFDT pour les salariés du Bâtiment), les accords (par exemple, l’accord sur le travail à temps partiel dans la restauration rapide), etc. Elles sont le lien par lequel vos réalités et vos problèmes deviennent des revendications collectives, portées auprès des employeurs du secteur.

Les unions régionales :

Elles agissent sur le territoire. Elles regroupent les unions locales et départementales. Elles s’adressent à tous les salariés quel que soit leur secteur d’activité. Elles mettent en place des lieux d’accueil dans toute la France, (voir la CFDT près de chez vous).

En plus de développer des  lieux d’accueil qui vous permettent de solliciter votre organisation syndicale, les unions régionales mettent en oeuvre des dispositifs en fonction de leur bassin d’emploi. Comme en Basse-Normandie, ou la CFDT est partenaire de l’Observatoire des métiers en tension et des postes à pourvoir dans l’artisanat. En Languedoc-Roussillon, ou la CFDT est actrice du Groupement d’employeurs. Mais aussi dans toutes les régions de France (hors Corse), ou la CFDT représente les salariés de l’artisanat dans les Commission Paritaire Régionale de l’Artisanat. La liste est loin d’être exhaustive, et chaque jour, de nouvelles initiatives sont organisées pour améliorer vos conditions d’emplois et vos conditions de travail.