Salariés du particulier employeur : évoluer dans sa carrière

Publié le 30/05/2014 à 15H46
Après treize années d’activité professionnelle comme salariée du particulier employeur, Delphine, entame une formation professionnelle pour devenir assistante maternelle. Elle exerce ce métier qui la passionne depuis le mois d’avril.

Tu étais salariée du particulier employeur et tu es devenue assistante maternelle, est-ce une évolution de carrière ?

J’ai travaillé treize ans chez le particulier employeur. A l’époque je n’avais pas d’appartement assez grand pour accueillir les enfants. Mais être employée chez les parents change la conception du métier, on fait aussi le ménage ou le repassage...
J’ai toujours voulu me consacrer exclusivement aux enfants, c’est pourquoi dès que j'ai eu l’espace pour les accueillir, j'ai entamé les démarches pour devenir assistante maternelle. Ce projet correspondait plus à mon souhait initial.

Il a fallu que je dépose une demande d'agrément auprès du Conseil général. Ensuite j'ai été reçue à un entretien afin d’évaluer mes compétences pour exercer ce beau métier. Dans un troisième temps, une personne déléguée a visité mon appartement, puis a rédigé un rapport me permettant d'obtenir l'agrément (pour la garde d'un à quatre enfants). Avant d'avoir le droit d'accueillir le premier enfant à mon domicile, j'ai effectué une formation de soixante heures (formation aux gestes de premiers secours...). Pendant un an après mon premier contrat, je dois suivre une journée d'enseignement par mois pendant dix mois, afin de passer le premier module du Cap petite enfance. 

Comment es-tu entrée en contact avec la CFDT ?

J’ai souvent rencontré des problèmes avec mes employeurs au moment du solde de tout compte… Dernièrement, mon ex-employeur ne voulait pas me payer mes heures supplémentaires, relatives à des semaines de cinquante heures par semaine. La loi impose pourtant de les payer. J’ai finalement été licenciée pour « changement de mode de garde », avec un mois de préavis. Mon compagnon m’a orientée vers la CFDT car c’est un syndicat plus proche des petits salariés. Je suis allée à leur rencontre à l’occasion d’une permanence d’accueil à Nanterre. Par la suite, leur service juridique a étudié mon dossier et m’a préconisée d’effectuer une  conciliation par courrier avant d’entamer une procédure, nous attendons donc la réponse (sous quinze jours).

Qu’est-ce que tu aimerais changer dans ta convention collective ?

Il faudrait modifier l’article qui permet de changer de mode de garde trop facilement. Les employeurs ont deux mois d’essai pour évaluer nos compétences, c’est suffisant pour savoir si quelqu'un fait l’affaire. Un(e) salarié(e) du particulier employeur peut perdre son emploi du jour au lendemain et n’a aucun recours. J'ai le projet de tenir des permanences d’accueil avec la CFDT dans le Val d’Oise pour les salariés de ces secteurs, car je commence à bien connaître les textes juridiques (sourire).

La CFDT s'engage en faveur d'une formation certifiée et homologuée pour les assistant(e)s maternel(le)s.