Témoignage d’un délégué du personnel CFDT dans une TPE

Publié le 26/06/2014 à 14H53
Rencontrer un représentant du personnel dans une entreprise de neuf salariés (TPE) n’est pas fréquent. Et pourtant, c’est le cas dans une coopérative vinicole où Roland a été élu délégué du personnel CFDT à deux reprises, en mars 2012 et avril 2014.

L’élection d’un représentant du personnel était-elle très attendue dans ton entreprise ?

La convention collective nationale des caves vinicoles et leurs unions, permet l’organisation d’élections des délégués du personnel à partir de six salariés. J’ai été élu une première fois en 2012, et une seconde fois en avril 2014. Il y avait de gros besoins dans mon entreprise… En 2008 la convention collective a été requalifiée, et  nous avons obtenu une nouvelle grille de salaires avec une classification correspondant plus à la réalité. Deux de mes collègues étaient en dehors de cette grille, et leurs échelons n’étaient pas conformes aux textes. Il a fallu demander un rattrapage de 2008 à 2013 à notre employeur. Au final, l’un d’eux a perçu 540 euros, une somme qui n’est pas négligeable.

Qu’en est-il du dialogue social avec ton employeur ?

Récemment, une collègue qui subissait un harcèlement a été arrêtée pendant trois mois et ne voulait plus revenir. J’ai joué le rôle de médiateur, la direction a pris acte de certains éléments, et ma collègue est revenue. Ces deux dernières années, le rythme s’est accéléré, nous avons beaucoup de travail. Dans ce contexte, il arrive des accidents : un ouvrier s’est coupé un tendon car le matériel n’était pas adapté à son poste. Un autre, saisonnier, est tombé d’un mètre de hauteur dans un trou… Nous avons un nouveau président, et la relation est plus complexe. Les revendications pour de meilleures conditions de travail sont mises en avant !

Quid du déroulement de carrière ?

J’essaie de faire connaître le certificat de qualification professionnelle (CQP) de caviste, créé en 2001. Il a fallu que j’attende 2009 pour voir sa mise en application. La direction ne voyait pas l’intérêt d’avoir quelqu’un de certifié sur une fonction occupée depuis dix ans par un même salarié. Pour ceux qui sont au bas de l’échelle, c’est le moyen d’avoir une reconnaissance appréciée dans le travail et de gagner un échelon. De plus, la convention collective prévoit que les compétences en interne soient valorisées grâce à un salaire majoré de 40 euros. Pour ma part, ce fut trois ans de bataille pour faire qualifier mes compétences… Mais, aujourd’hui, je suis caviste !

Pour finir, la CFDT est un appui certain dans l’exécution de mon mandat de délégué du personnel (DP). Grâce à elle j'ai bénéficié d’une formation syndicale, et j’ai ensuite été accompagné sur la stratégie à définir avec ma direction, en vue de l’application et l’interprétation des textes (Code du travail et convention collective).

Devant le tribunal correctionnel : l’employeur qui s’oppose à l’élection des représentants du personnel commet un délit d’entrave, puni d’une amende.