Hélène, “ Une réelle opportunité pour développer le dialogue social dans les TPE ”

Publié le 30/11/2016 à 14H17
Hélène est chargée de mission dans un cabinet conseil qui accompagne essentiellement des associations de l’Economie Sociale et Solidaire et des collectivités. Elle est aussi candidate CFDT aux élections TPE en Maine et Loire, et s'engage pour défendre les droits des salariés de très petites entreprises. 

Quel est ton parcours professionnel ?

Hélène : Suite à des études en psychologie sociale et du travail, je travaille depuis deux ans en tant que chargée de mission dans un cabinet conseil qui accompagne essentiellement des associations de l’Economie Sociale et Solidaire et collectivités.

Depuis quand es-tu adhérente CFDT et pourquoi as-tu rejoint la CFDT ?

Hélène : Au cours de mon master, j’ai écrit un mémoire sur les représentations sociales du syndicalisme. Puis lors d’un séminaire sur les relations sociales, j’ai rencontré Alain Blanchard (NDLR : Alain est un militant CFDT de longue date, aujourd’hui en retraite) qui m’a parlé de la formation des militants et présenté l’Association Régionale de Formation - l’outil de formation de la CFDT des Pays de la Loire.
J’y ai réalisé mon stage de master 2, notamment pour travailler sur une étude visant à mesurer l’impact de la formation sur les pratiques syndicales. C'est finalement Danielle Thouin (NDLR : Danielle était secrétaire générale de l’Union Départementale du Maine-et-Loire. Elle a ensuite intégré l’AREFOR comme formatrice) qui m’a sollicitée pour adhérer, quelques mois seulement après que j’ai commencé à travailler.

Aujourd’hui, de quelle(s) manière(s) t’investis-tu dans la CFDT ?

Hélène : j’ai été, au début, adhérente sans m’investir et surtout sans me sentir concernée. Cela venait sûrement du fait que j’étais salariée d’une petite entreprise, donc sans délégué du personnel, sans section syndicale. Je me sentais éloignée du militantisme. En 2016, après y avoir été invitée par mail, j’ai participé au Working Time Festival 2.0 à Nantes. Les thèmes abordés m’ont intéressée notamment celui sur l’Europe et sur le Vivre.

Tu as accepté d’être candidate à l’élection TPE 2016. Pourquoi ?

Hélène : C’est donc suite au WTF 2.0, qu’Antoine Lelarge, (NDLR : secrétaire général de l’UD Maine-et-Loire et un des organisateurs du WTF) m’a sollicitée pour les élections TPE. Au début, je ne comprenais pas vraiment commentfonctionneraient ces élections, notamment la Commission Paritaire Régionale Interprofessionnelle. Depuis je me suis familiarisée avec ce sujet, et je pense que cette nouvelle instance est une réelle opportunité pour développer le dialogue social dans les TPE, où l’on est souvent moins informé sur nos droits, et où l’on ne sait pas à qui poser nos questions. Cette commission va être l’occasion d’aborder des problématiques propres aux nombreux salariés des TPE (226 000 en Pays de la Loire), c’est donc un gage de progrès important.

Comment vois-tu la suite de l’action auprès de ces salariés ?

Hélène : Je vais prochainement entamer un service civique à l’UD 49, où nous voudrions mettre en place un réseau de salariés de TPE qui permettrait aux adhérents d’échanger sur leurs réalités professionnelles, leurs difficultés, mais aussi d’être informés et conseillés dans leurs besoins. Un axe de travail est également envisagé vis-à-vis des jeunes et des étudiants, notamment pour les sensibiliser sur leurs droits et leur pouvoir de choisir, agir sur le monde du travail où il peut nous être difficile de trouver une place. L’action syndicale nous permet de construire ensemble un autre monde du travail où chacun puisse trouver sa juste place.


Hélène, candidate CFDT Maine et Loire aux... par CFDT_TV